News

Les 10 (fausses) bonnes raisons... pour ne pas encore être parti !

Published on 19 may 2009 at 0h00

Create a notification for "News"

1 Votre femme n'aime pas le bateau


Et oui... Nous sommes beaucoup dans ce cas. Pourtant, avec un peu de machiavélisme et beaucoup d'amour, cela devrait pouvoir s'arranger. Des retrouvailles aux escales pour ne profiter que des "bonnes" parties, à la "motivation active" passant par les premiers pas sur l'eau dans des coins paradisiaques en allant jusqu'à l'argument fatal : "je pourrais ainsi voir grandir les enfants"… Si avec de tels arguments votre femme refuse toujours d'embarquer, c'est le moment d'en choisir une plus jeune !

2 Votre employeur ne résisterait pas à votre départ


Vous en êtes convaincu ? Tant mieux ! Cela rassure certainement votre ego. Pourtant, l'histoire de l'humanité l'a largement prouvé : nul n'est irremplaçable ! Donc vous pouvez partir l'esprit tranquille, votre employeur (ou votre entreprise) s'en relèvera. Et vous découvrirez que la vraie vie vaut aussi d'être vécue…

3 Vous n'en n'avez pas les moyens financiers


Argument fallacieux s'il en est. L'argent est indispensable  pour partir vivre sur un bateau… Pourtant, un des journalistes du magazine a réalisé son premier tour du monde sur un mono de 8 mètres et pour une somme largement inférieure à 10 000 euros (de l'époque). Si vous attendez de vous payer le dernier Sboubi 122 pieds pour partir, vous risquez effectivement d'attendre encore un peu. Le bon bateau, c'est celui qui vous permet de partir !

4  Vous avez peur des tempêtes


Pourtant l'air vivifiant, les embruns et les cirés dégoulinants font partis du jeu… Et puis imaginez ce que vous aurez à raconter en arrivant à l'escale : "je me suis fait prendre dans une dep trop mortelle… Des vents de 156 nœuds et des vagues de 30 mètres… Mais j'ai assuré grave, en restant à la barre sans discontinuer pendant 7 jours…" Si après une histoire pareille on ne vous paye pas une bière, c'est à désespérer des marins !

5 Vous avez peur des pirates


Il y a clairement des coins qui "craignent". Mais des solutions existent pour éviter les ennuis. En s’écartant des zones à risques, en navigant toujours en flottille ou en équipant son cata d'une tourelle d'un tank à la place de son roof, finalement franchement disgracieux !

6 Vous avez peur de ne pas supporter votre femme ou vos enfants sur le bateau.


Nous avons reçu des témoignages en ce sens à la rédaction. Mais dans ce cas, il y a des solutions éprouvées : partir seul en prétextant vouloir battre le record de Joyon, ou avec sa maîtresse, mais dans ce cas, ne pas s'étonner si à votre retour, une lettre d'un avocat vous attend. Et sachez que cela peut coûter très cher...

7 Vous avez le mal de mer


On a TOUS le mal de mer. Etre en mer n'est pas naturel pour l'Homme. Mais sachez qu'en toute logique ce désagrément ne dure jamais plus que quelques jours. Le temps de s'amariner, prévoyez juste quelques plats faciles à avaler… et à régurgiter !

8 Vous avez peur du retour


De l'avis de tous ceux qui sont partis, c'est le moment le plus délicat du voyage ! Trois solutions s'offrent donc à vous :
- Avoir organisé professionnellement et humainement à l'avance votre retour pour éviter une déprime trop dure.
- Ne pas rentrer, et vivre encore longtemps sur votre bateau.
- S'abonner à Multicoques Mag pour se rappeler les bons moments de votre voyage (c'est de loin la meilleure solution !!!)

9 Vous perturbez le cursus scolaire de vos enfants


C'est sûrement vrai ! Et dites vous qu'ils en seront ravis. De mémoire de circumnavigateur, on n'a jamais vu d'enfants réclamant à corps et à cris de retourner à l'école… Mais sachez tout de même qu'aucune salle de classe ne pourra jamais rivaliser avec l'enrichissement qu'un voyage en bateau peut leur offrir.

10 Vous avez peur de prendre la décision de partir


Et si c'était ça la vraie raison de votre présence à terre ? Difficile de tout abandonner pour vivre son rêve. Alors une solution existe, remplacez l'auteur de ces lignes à son boulot (s'il part, le magazine ne s'en relèvera sûrement pas...), et vous vivrez de votre passion de la mer. L'auteur en profitera pour partir pour un tour du monde, dès qu'il aura convaincu sa femme, ses enfants et son banquier du bien fondé de son entreprise…

Share this article