Multicoques Magazine, l'essentiel du catamaran et du trimaran
Multicoques Magazine, l'essentiel du catamaran et du trimaran
LE NOUVEAU NUMÉRO
DISPONIBLE
Envie de naviguer
En catamaran ?
Demander un devis en ligne à nos partenaires
THE MOORINGS
OCEANS EVASION
VENT PORTANT
NAVIGARE YATCHING
INSCRIPTION A LA NEWSLETTER
Veuillez saisir votre email pour recevoir chaque semaine l’essentiel du catamaran et du trimaran
OK
Shopping de la rédaction

Le défi de Léon !

31/07/2012

Le défi de Léon !

1986 : les premiers à tenter de traverser l'Atlantique en cata de sport s'appellent Daniel Pradel et Tony Laurent. Ils mettront 18 jours.

Cette même année, un certain Laurent Bourgnon associé à Frédéric Geraldi réaliseront le même exploit en 16 jours… Ce n'est déjà plus un exploit sportif, mais un record à battre ! 1999, Gérard Navarin et Hans Bouscholte traversent en 15 jours. Puis ce sont Andrea Gancia et Matteo Miceli qui s'emparent du record en 13 jours en 2004, avant de s'en faire déposséder par Benoît Lequin et Pierre-Yves Moreau en 11 jours. En solo, Alessandro di Benedetto a été le premier à réussir cet exploit, avant d'être détrôné par Matteo Miceli qui a porté le record entre Las Palmas et la Guadeloupe à 14 jours.
En 2012, c'est en solitaire que David Léon a voulu s'attaquer à la transat, et sur un engin… original. L'Aster One 18 est en effet équipé d'un gréement réglable latéralement qui permet de gagner en stabilité et donc en vitesse. Avec 20 à 25 nœuds de vent, le skipper assure pouvoir faire des journées de 240 milles ! L'objectif était donc clairement le record absolu...
Mais voilà, le marin projette et la mer décide !
"Parti avec une houle de 3 mètres, dans une météo tendue mais jouable, une houle croisée non prévue est apparue. Mer décousue, en pleine nuit, une crête se forme, une déferlante apparaît... David la ramasse. La stupeur passée, le navigateur fait le point. Les sacs sont là, ouf ! Le confortable coussin a disparu, aïe... Un câble de direction a pété, M... On se rétablit, on avance. Un peu plus tard, David doit prendre un ris. Durant la manœuvre, le bateau montre une volonté de vouloir s'enfoncer dangereusement par l'arrière. David réagit très vite, balance tout ce qu'il peut vers l'avant… Une déchirure : c'est l'avarie ! David pompe, vide, stabilise l'Aster 18 et repart. 4 heures de nav et d'analyse de la situation plus tard, il doit prendre le dernier ris. Au passage, il contrôle le "niveau d'eau"... le bateau fait clairement plus d'eau que de raison. C'est fichu, le demi-tour s'impose. 9,8 nœuds de moyenne sur ces premières heures ! Il n'avait pas bluffé ! L'Aster marche du tonnerre, mais l'Atlantique ne l'a pas laissé passer. Mais parions que ce ne soit que partie remise.

 

A découvrir sur www.lasolitairedeleon.com

A voir aussi

SAINT-BARTH CATA CUP

Les commentaires dithyrambiques des participants sur la cinquième édition de la ...

Année sabbatique, et si vous osiez la ...

C'est toujours le premier réflexe lorsqu'on envisage une année sabbatique : trouver ...

ILES...ETAIT UNE FOIS L'OCEAN INDIEN - ...

C'est à l'occasion d'un tournage aux Seychelles qu'est née en 1992 notre série ...
© Aloha Editions 2016 : Tous droits réservés
le partenaire des médias
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus
et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus pour gérer les paramètres de ce site.